1994 - L'incendie

Tiré du Héraut N°85-1994 

A fin août, mon article pour ce numéro était déjà fait. Banal, son contenu était des plus simple. Je vous faisais part de mes meilleurs voeux pour l'an prochain. Et puis, ... La Moillettaz brûla.

Dès lors, il fallu revoir ma copie.

***

Lorsque j’entendis les pompiers monter l'avenue de Béthusy, le dimanche 4 septembre dernier, vers 13h. je n'imaginais pas ce que cela cachait. Dans l'après-midi, un téléphone, une voie quelque peu gênée mais aussi prête à s'éclater de ... rire, m'avertit que cette chère vieille dame qu'est la Moillette, n'est plus. Après mûres réflexions, je me décide, prends mon

appareil photo et me rends sur place. Quel spectacle; j'étais presque gêné d'être ici; mon intention n'étant pas de faire du voyeurisme, simplement, il y avait tant de fêtes que j'avais passées ici et une autre qui était agendée tout bientôt.

Mes photos prises, j'échange quelques mots avec le pompier qui va rester ici une partie de la nuit. Un deuxième arrive, il lui apporte son casse-croûte. Le lendemain, une entreprise devrait démolir ce qu'il reste, en effet il ne faudrait pas qu'une personne s'aventure dans ces ruines, il y a un réel danger d'effondrement.

Plusieurs choses me traversent l'esprit. Alors que la veille, comme chaque année, la fête de cette cabane eût lieu. alors que depuis plus d'une année, ce journal raconte la construction et les différentes rénovations de ce monument, eh bien, une histoire de 59 ans semble s'arrêter là. Colère, interrogation, incompréhension, doute, désolation; tous ces mots ne suffisent pas.

Et puis, il y a tous ceux qui ont participé à sa construction, à différents travaux d'entretien, tous ces gens, âgés maintenant ou jeunes comme ma génération, qui ont profité de ces lieux, ... souvent sous la pluie! Chacun, parents, amis, anciens, actifs ou d'autres encore, pourraient raconter des anecdotes au sujet de cet endroit. En général, il y faisait froid et pourtant, depuis quelques années, le soleil brillait comme par miracle à chaque fête annuelle. Même des anciens n'en revenaient pas ! Ce n'était pas une maison de maître mais elle avait du charme, c'est certain. Une chance qu'il n'y ai pas eu de blessé, la cabane était inoccupée au moment de l'incendie. Ceci nous rappelle aussi que ce n'est pas la première fois qu'une cabane scoute brûle, qu'un feu peut être terrible el qu'il prend très facilement. Chacun doit en prendre conscience.

Nouveau coup du sort ? Non. Certes un incident comme celui-ci va peser lourd. mais il nous montre qu'il faut se battre à chaque instant. Il faut que la maîtrise du groupe, que les anciens, ne désarment pas: il faut le soutien des parents (et de assurances!) afin que le groupe continue sur la voie qu'il s'est fixée et, bientôt peut-être, une cabane toute neuve, verra le jour.

Voilà, tout ceci ne m'empêchera pas de vous souhaitez mes meilleurs voeux pouf Noël et une nouvelle année pleine de réussite. Je vous laisse découvrir cette édition et vous promets que le prochair numéro sera positif, comme d'habitude Alors, ne le jetez pas au feu !

Yvan Gilger

Notre histoire