2000 - Cette fois, ça y est...

Tiré du Héraut N°102-2000

Cette fois, on peut prononcer le mot victoire sans le faire suivre d'un vocable ordurier, comme lors de mon dernier article. La Moilletaz sera bel et bien reconstruite !

Le 28 janvier dernier, lors d'une audience du Tribunal administratif, les opposants ont accepté de retirer leur recours, moyennant quelques concessions minimes de notre part (déplacement de deux places de parc et utilisation des environs immédiats de la cabane). Cet épilogue est un immense soulagement, mais il est aussi un peu frustrant puisqu'il a fallu perdre 5 ans et demi pour tout débloquer en l'espace d'une heure de temps. Mais, foin du passé, il est temps de parler du présent et du futur ! Le Comité des Anciens est actuellement dans une phase préparatoire aux travaux de reconstruction. A part quelques ultimes démarches administratives, il s'agit essentiellement de remettre définitivement à jour le dossier financier pour s'éviter de mauvaises surprises. D'ores et déjà, deux éléments sont à mettre en évidence:

Les matériaux de la cabane de chantier que nous avions récupérés ont trop souffert de leur stockage, et en particulier de Lothar, pour être utilisés. En effet, il serait peu sage et peu rationnel financièrement de vouloir faire de fausses économies en se servant de matériaux fatigués qui impliqueraient de lourds investissements de réparation à moyen terme. Nous reconstruirons donc du neuf.

Le serpent de mer de la procédure administrative de reconstruction a engendré des frais qui n'étaient pas budgétés au départ. Les frais ont été limités au maximum puisque toutes les personnes qui nous ont épaulés dans ces démarches et que je ne remercierai jamais assez (Jacques Zumstein, notaire, François Logoz, avocat, et Marc Wuarin, architecte) l'on fait à titre bénévole.

Il n'en reste pas moins que le coût global de la reconstruction a pris l'ascenseur pour se fixer actuellement à 25'000.- de plus que ce qui était prévu. Cela représente exactement la somme que nous avions inscrite sous les postes "réserve" et "divers". Il n'y a donc pas péril en la demeure, mais il serait inconscient d'envisager une reconstruction avec un budget ne comportant pas de soupape de sécurité. C'est la raison pour laquelle, nous sommes en train d'étudier des économies possibles qui ne remettent pas en cause le projet final, ainsi que des recettes supplémentaires nous permettant de couvrir les quelques 11 0'000.- que coûtera la Moilletaz (94'000.- au départ).

Ce financement est conçu comme une fusée à 4 étages:

  1. Prime d'assurance: 73'700.-
  2. Association des Anciens: 8'000.-
  3. Don de l'Union philanthropique: 5'000.-
  4. Contribution financière des Anciens, parents et amis du Groupe sous forme de souscription de parts remboursables de 100.- (les contributions inférieures 10 seront considérées comme des dons)

Vous allez donc recevoir tout prochainement un courrier faisant appel à votre générosité. Je vous remercie donc d'avance d'y faire un bon accueil. C'est la condition sine qua non pour que la Moilletaz puisse revivre. Après ce chapitre un peu aride, j'aimerai dire encore quelques mots de la reconstruction proprement dite qui devrait démarrer au cours du mois de mai et est prévue en 4 étapes:

  1. Evacuation de l'ancienne cabane et remise en état des lieux (particulièrement l'abattage des arbres endommagés par l'incendie)
  2. Gros oeuvre
  3. Installation technique (électricité, sanitaire, chauffage, etc...)
  4. Aménagement intérieur et extérieur avec, tout particulièrement, la réalisation du chemin d'accès. Si les 3 premières étapes seront effectuées en grande partie par des entreprises sous la responsabilité de l'Association des Anciens, la dernière sera l'affaire des actifs. Il me paraît en effet essentiel que ceux qui seront les utilisateurs de la Moilletaz en prennent à un moment donné possession en contribuant à sa reconstruction. Je suis convaincu que ce serait un très mauvais service au Groupe que de lui livrer une cabane "clé en main".

Il restera alors une 5ème étape où nous devrons mettre en place le fonctionnement de la nouvelle cabane en faisant en sorte que les engagements pris auprès des pouvoirs publics et du voisinage soient tenus. J'aurai l'occasion de revenir sur ce sujet primordial en temps voulu. Vous voyez donc qu'il nous reste du pain sur la planche. Mais c'est aussi le début d'une formidable aventure dans laquelle j'aimerais que tout le monde se sente impliqué. C'est à cette condition que la fête sera belle lorsque nous inaugurerons la Moilletaz no II au printemps prochain, si tout se passe bien ! Chers scouts, chers parents, chers Anciens, chers amis, il s'agit maintenant de rêver tout en gardant les pieds sur terre. C'est un exercice difficile, mais combien gratifiant.

Alain-Michel Rumpf

Notre histoire