1978 - La télévision, cette drogue

Article du Héraut n°44 de 1978

- Chef, tu nous licencies plus tôt aujourd'hui? Y'a un feuilleton dingue à la télé à 5h!

Quel est le chef éclais qui n'a pas entendu des dizaines de fois cette phrase dans la bouche d'un de nos scouts? Car la télévision est probablement le concurrent le plus sérieux de notre mouvement. Et ce n'est vraisemblablement pas par hasard, car nous vivons dans une société qui devient de
plus en plus passive et individualiste. Chacun, par exemple, va faire ses cour ses dans de grands supermarchés où il n'y a aucun contact humain, ceci au détriment des petits magasins, lieux de rencontres et de discussions. Il en va de même pour les loisirs et la télévision en particulier. Chacun reste devant son poste télé et devient supporter de tel ou tel sportif, au lieu de faire du sport soi-même. Par l'entremise de la télévision, on assouvit son besoin d'aventure en regardant des films, au lieu de vivre ces aventures avec des copains dans des mouvements comme les éclaireurs. Et la réaction du louveteau ou de l'éclaireur, que je cite plus haut, rentre dans ce phénomène de consommation du loisir.

Je ne préconise pas du tout la suppression pu et simple de la télévision; elle a beaucoup de côtés positifs qu'il ne faut pas négliger .Mais il faut en tout cas être constamment sur ses gardes face à cet aspect drogue que contient la télévision,drogue d'autant plus dangereuse pour les enfants, que les adultes en sont aussi prisonnier;et lorsqu'on sait que les enfants calquent leur comportement sur les adultes,c'est à ces derniers sur= tout qu'incombe la responsabilité de veiller à équilibrer les loisirs de leurs enfants. La télévision, oui, mais pas uniquement elle. Il faut mettre sur l'autre plateau de la balance, de véritables loisirs vécus et choisis librement.

Et c'est là que les mouvements de jeunesse, tel le scoutisme, prennent toute leur importance. C'est là que l'on peut apprendre à ne pas rester passif dans ses loisirs, mais à les vivre, et qui plus est, à les vivre collective= ment.
Mais pour en arriver là, il y a deux choses à faire. Premièrement il faut que nous, chefs, nous donnions cette possibilité aux enfants de décider ce qu'ils veulent faire, que nous ne leur mâchions pas la besogne en leur offrant des activités toutes prêtes, mais qu'ils participent à la décision, à l'organisation et au déroulement de ces activités. Et deuxièmement, ils faut que vous, parents, nous aidiez pendant la semaine, en luttant par exemple contre la fascination de la télévision. En veillant à ce que vos enfants ne regardent qu'une ou deux émissions qu'ils ont choisis de regarder et que, une fois l'émission terminée, il ne continue pas à voir la suite du programme par habitude.

Car c'est cela qui se passe souvent,c'est que la télévision reste allumée devant l'enfant avec des émissions qui ne l'intéressent plus, mais qu'il regarde tout de même parce que c'est plus facile que de faire quelque Those soi-même. Et à cause de cela, tout le travail que nous faisons le samedi après-midi est détruit la semaine à la maison.
C'est pour cela que votre collaboration est nécessaire. Un moyen simple, par exemple, est de mettre la télévision dans un placard ou un enfourage en bois par ce système, votre enfant n'aura plus la télévision toute la journée sous les yeux et n'y pensera plus à tout moment; d'autre part, il n'aura plus qu'un petit bouton à tourner, mais devra enlever l'enfourage de bois ainsi que les bibelots que vous aurez pus mettre dessus.

C'est donc un appel à l'aide que j'envoie pour que la génération qui nous suit ne soit pas uniquement composée de drogués!

A BON ENTENDEUR, SALUT!
HAMSTER

Notre histoire