1977 - Témoignage d'un chef EMT (SMT)

Article tiré du Héraut N°42 de 1977.
EMT signifie Eclaireur Malgré Tout (aujourd'hui Scout Malgré Tout), ce sont des troupes de scouts handicapés. Cet article nous montre malheureusement que la situation n'a pas évolué puisqu'il n'y a aucun groupe SMT en Suisse romande actuellement...

LA PAGE DE L'INVITE, LA PAGE DE L'INVITE, LA PAGE DE L'INVITE
-6-

« Témoignage d'un chef EMT.


Parler des Eclaireurs Malgré Tout à des scouts valides dans le but de les faire mieux connaître me gène un peu. En effet, leur éloignement vis-à-vis des scouts normaux ou non dépend peu d'eux. Limités dans leur expression, sur tous les plans, les invali­des
souhaiteraient sans doute plus de lien avec les autres. Les liens qu'ils ont sont souvent marqués par la pitié ou la peur de l'étrange. Bref, on souhaiterait au fond que les valides essaient de s'adapter aux invalides en général, ce qui est sans doute possible. Le contraire, mê­me si c'est ce qu'on attend le plus souvent, me
semble risible.


De mon expérience avec les EMT (4 ans), j'ai été le plus frappé par
les problèmes affectifs qui sortent de l'ordi­naire et qu'on rencontre souvent chez ces enfants. On sait que les EMT sont des scouts handicapés physiques, Les enfants d'intelligence en-dessous de la moyenne, qui peuvent être évidemment handicapés sur le plan moteur, ne peuvent théoriquement faire partie des EMT. Mais dire que ceux-ci sont des handicapés physiques ne veut pas tout dire. L'essentiel même n'est pas là. Les problèmes de personnalité, de confiance en soi sont extrêmement confus chez la plupart des EMT. Cela lié à la situation familiale, trop souvent catastrophique, à la dépendance, à l'histoire de l'enfant et de sa maladie, à la prise de conscience de l'évolution inéluctable de la maladie, etc.
Il est clair que ces pro­blèmes vont se trouver amplifiés à la puberté, au moment où l'enfant devient éclaireur. Alors, la conscience de soi et le désir d'affirma­tion de la personne atteignent une intensité inconnue jusque là.


On comprend à travers ces données que les liens à établir parmi les EMT sont d'une autre nature que chez les troupes valides. Et cela, il faut le vivre. On ne peut le coucher sur une feuille. Ceci donne aux troupes EMT un sentiment d'unité et rend la rencontre avec eux extrêmement enrichissante.


Au début, on s'arrête facilement sur un handicap, qui peut légitimement nous paraître repoussant si on n'y est pas habitué. Mais derrière le handicap, on découvre peu à peu la per­sonne.
Les handicaps peuvent être très divers. On doit savoir qu'avec un peu d'imagination, on peut faire beaucoup de choses, même avec des handicapés graves. Certains demandent des soins très minutieux et dé­licats. Mais ceci n'empêche pas le camp sous tentes, les raids en patrouille, une vie pour quelque temps COMME LES AUTRES ...


Gabriel »


(Tiré
de Trèfle - Kim, n° 11, novembre 1976) malgrès

Notre histoire